×

Votre article a été ajouté au panier.

Votre panier est vide
 articles
Menus

Noël, l'art de la crèche

Un art lent, patient, passionné. Chaque année, la crèche naît et vit plus de deux mois . Dans cette tradition, la famille se ressource. Début novembre, on sort des armoires les mystérieuses boîtes en carton. Les yeux des enfants brillent. Que la fête commence ! On aligne les santons, les accessoires, la végétation, les bâtisses. On dresse des plans, on projette des agrandissements, des innovations. Le lent et minutieux travail commence : achat de nouveaux santons, recherche du plus beau fond, balades campagnardes avec grand-père pour une récolte de mousses, de feuilles, de petits bouts de bois. Au fil des semaines, la crèche s'installe. Chaque jour on déplace les santons à la recherche du meilleur emplacement pour suggérer de véritables saynètes. Vient enfin le soir de Noël. Souper familial, retrouvailles, temps suspendu. A minuit, le petit Jésus est délicatement posé, par des mains d'enfants émues, entre le boeuf et l'âne gris : la crèche vit. Elle accompagnera la maisonnée jusqu'à l'Epiphanie. Jour après jour, les Rois Mages avanceront des lointaines collines vers l'Enfant-Roi.

La crèche s'esquivera ensuite, retrouvant les armoires : un long sommeil l'accompagnera jusqu'à sa renaissance, celle du Noël prochain, déjà attendu. La crèche provençale est le fruit d'un itinéraire unique, mêlant au fil du temps, le profane au religieux. Il y eut les crèches, puis les crèches mécaniques auxquelles succéderont plus tard les crèches parlantes, interprétées par des marionnettes. Peu à peu ces dernières mirent en scène les villageois eux-mêmes. C'était le temps des "Pastorales". L'art du santonnier se saisit de ces personnages et les installa, statuettes colorées d'argile, dans la crèche redevenue muette... enfin... en apparence...

Vous aussi !

Fabriquez le décor de votre crèche Il n'y a pas de règle absolue pour l'élaboration de la crèche. La fantaisie et l'imagination s'y donnent libre cours.+ d'infos